Conte alchimique de la chèvre de Mr Seguin

Et si l’histoire de la chèvre de Mr Seguin était un véritable conte alchimique pour nous transformer ?IMG_0266

De retour de vacances passées en montagne et après avoir croisé de nombreux bouquetins, me revient l’histoire de la chèvre de Mr Seguin…

J’ai envie de vous partager ma vision de cette histoire. Je la considère comme un conte alchimique permettant de nous transformer et pourquoi pas de changer de vie. En effet, la chèvre de Mr Seguin a réussi à sortir de sa zone de confort. Elle a suivi son rêve, elle s’est écoutée ! Il me semble que sa fin, comme nous l’avons souvent entendue (la chèvre se fait manger par le loup… du genre « c’est bien fait pour elle, elle n’avait pas à désobéir, elle avait été prévenue »…fort conditionnement vous jugerez vous-même) est largement révisable. 

Quitter sa zone de confort et changer de vie… Ne s’agirait-il pas plutôt d’affronter notre peur d’être simplement nous-même  ?  

 

Mr Seguin était un homme qui ne voulait que le bien-être de ses chèvres. Chacune pourtant, voulait vivre une autre vie et partait dans la montagne. Ce maître voulait donc le bien-être de sa chèvre et pour lui donner ce « meilleur » (selon lui), il l’accrochait à un pieu ou l’enfermait … (Cela va de soi pour les habitués de l’ancien monde, autant dire qu’il lui offrait une belle « cage dorée » …). Mais la chèvre n’était pas heureuse. Son rêve de vivre une autre vie était bien plus fort. Elle voulait vivre libre, brouter l’herbe verte de la montagne, s’enivrer de l’air pur, goûter les belles fleurs…Vivre plutôt que de survivre et s’ennuyer.

Il y a toujours une solution : il suffit de la voir et de s’en saisir.

Pour cela, dans l’histoire, il a fallu qu’elle regarde les possibilités qui s’offraient pour partir, qu’elle cherche comment se désenchaîner de ses habitudes, de son conditionnement mortifère. Et grâce à un « oubli », elle trouva l’ouverture sacrée par laquelle elle bondit. Evidemment qu’elle aurait pu rester, par peur de déplaire à ce cher Mr Seguin déjà tant attristé par les deuils précédents… par peur de la menace du loup… Mais alors, elle devait renoncer à son rêve ??! Non, jamais. Elle devait surtout croire en elle car tout était possible ! Et dans ces possibilités : celle d’affronter ses peurs avec courage.

Dans son âme et conscience, elle savait que quelque chose de très important l’attendait, qu’elle avait rendez-vous… n’est-ce pas ?

Alors, un jour, elle décida de partir quitte à rencontrer le grand méchant loup dont lui parlait souvent Mr Seguin. Car c’est son enthousiasme qui lui donnait des ailes.

Petite parenthèse agréable : le LOUP…n’est-ce pas la menace que l’on fait planer sur vous si vous osez transgresser ce que l’on vous dicte « pour votre bien » ??

Revenons à notre chèvre et aux enfants qui entendent cette histoire (je vous parle de votre enfant intérieur, celui qui est pure joie, pure spontanéité…). Est-ce que Monsieur Daudet a conté cette histoire aux enfants pour les dissuader de désobéir ou pour qu’ils choisissent d’être libres et d’affronter leur peur qui, d’après sa version les dévorera même s’ils sont courageux … A moins qu’il n’existe d’autres versions…Et bien sûr qu’il en existe. La vôtre pourrait en être, comme la mienne que je vous donne ici.

Une autre fin d’histoire pour « la Chèvre de Monsieur Seguin » ?

Le dépassement de soi est un processus alchimique. La chèvre ne put rester chèvre une fois qu’elle rencontra le loup, la solitude, le froid et affronta ses peurs… Et puis, n’oublions pas : elle avait définitivement quitter sa « zone de confort » devenue inconfortable… 

Voulez-vous la fin de l’histoire… La montagne a ses secrets.

Une fois l’ayant gravie, la chèvre n’est pas morte du tout, elle a effectivement dû affronter ses peurs, le froid, la nuit, le loup, la solitude …. mais la liberté est plus forte que tout : c’est la porte qui amène sur le bonheur et la vérité, notre vérité personnelle, celle que nous découvrons en gravissant la montagne, en sortant du connu pour rencontrer l’inconnu qui nous rapproche toujours un peu plus du Rendez-vous avec nous-même.

La chèvre bien docile en apparence s’est trouvée si forte que le loup n’a pu l’affronter longtemps par peur de se blesser, il était fatigué et comprit vite qu’il serait plus aisé pour lui d’aller se restaurer dans la plaine où des moutons et des chèvres dociles tournant en rond dans des enclos confortables s’ennuyaient. 

Que croyez vous ?

Voici ma conclusion : la jolie petite chèvre blanche est toujours vivante et vibre dans le coeur de chacun de nous à qui sait l’entendre.

IMG_0524

Si vous voulez réagir à cet article, merci de laisser votre commentaire.

Bien à vous dans la sagesse de votre coeur.

Céline

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *