Etre soi-même avec les autres

Etre soi-même pour passer de bonnes fêtes de fin d’année, est-ce facile ou difficile pour vous ?

Pour moi c'est non

Peut-être avez-vous choisi cette année de vous faire plaisir à Noël et de vous écouter en ayant dit NON aux vieilles « habitudes » et en refusant la traditionnelle invitation à retrouver votre famille ? 

 Si cela est bon pour vous, alors vous ne ressentez ni culpabilité, ni honte, vous êtes aligné-e avec ce que vous voulez faire de votre vie. Bravo ! La Joie et le Bonheur sont au rendez-vous. Peut-être avez-vous décidé d’inviter vos meilleurs amis pour faire une belle fête et être un cadeau les uns pour les autres ? Vous aimez partager vos valeurs, vos plaisirs dans une atmosphère détendue et conviviale, et vous sentir vivant, authentique avec des personnes qui vibrent dans les mêmes énergies. Encore bravo ! Joie, Bonheur, Plaisir, Détente, Amitiés sont au rendez-vous. 
Mais peut-être avez-vous accepté de retrouver les vôtres quand même. Soit parce que vous ne voulez faire de tort à personne et que finalement c’est plutôt un moment agréable à vivre autour d’une bonne table. Soit cela est OK pour vous, vous n’en souffrez pas et cela ne vous stresse pas du tout. Soit, vous cherchez des arguments pour justifier votre décision sur laquelle vous ne voulez pas revenir… 

Ou peut-être faites-vous partie de celles et ceux qui disent « oui » alors qu’à l’intérieur, la petite voix dit « non »… Mais alors, est-ce vous respecter et allez-vous passer un bon moment ? Qui peut vivre votre vie si ce n’est pas vous-même ?! Dites-vous « oui » parce que vous n’aimeriez pas vous retrouver seul-e ou parce que vous savez que cela va faire plaisir à celles et ceux qui veulent vous voir. Aîe aïe aïe ! Vous voilà dans un beau conflit intérieur. Il ne vous reste plus qu’à discerner ce qui se passe et à prendre du temps pour VOIR les choses d’un autre point de vue. Tant que l’événement n’a pas eu lieu, nous pouvons toujours revenir sur notre décision.

Faire le point sur ses attentes et ses limites permet d’être soi-même et de retrouver son authenticité.

Est-ce vous respecter que de dire OUI alors que vous savez très bien que vous n’avez peut-être pas envie de les retrouver ? Dites-vous OUI pour leur faire plaisir ? Etes-vous en attente de quelque chose : d’une reconnaissance, d’une demande de pardon, d’affection, de cadeaux « matériels » ?! Qu’allez-vous combler comme besoin non encore satisfait en vous rendant à un repas de famille auquel vous voudriez ne pas participer ?    

 Etre soi-même plutôt que de jouer des rôles !

Quel rôle jouez vous ?

Quel rôle jouez vous ?

La famille, ce n’est pas toujours là que nous avons les relations les plus faciles et les plus authentiques. La bonne nouvelle est que les choses peuvent changer si vous le décidez. Vous avez votre liberté d’être à respecter. Les rôles que votre famille vous a assignés depuis l’enfance, sont révolus et c’est bien à vous de le prouver. Même si vous serez toujours l’éternelle petite fille ou petit garçon qui parlait peu et qui servait tous les plats à table quand elle ou il avait 15 ans, maintenant vous en avez 40 ou 50 ans, vous êtes mère ou père de famille, ou célibataire, et vous n’avez plus envie de vous lever toutes les 10 minutes pour servir les autres ou surveiller la cuisson du plat suivant. C’est à vous de poser vos limites désormais pour que vous soyez VOUS et que vous passiez un bon moment.

Sans changement de comportement, les autres ne peuvent vous connaître autrement que ce qu’ils ont toujours connu de vous, de ce qu’ils voient encore de vous ! Or, vous le savez désormais, pour changer de comportement, il faut changer ses pensées et comprendre quelles sont les croyances limitantes qui nous empêchent encore d’être vrai et de dire « non » quand c’est non, ou « oui » quand c’est oui. 

Car être heureux, c’est choisir ce qui est bon pour soi, donner sans attendre en retour, écouter sa petite voix et la suivre ! 

Se reprogrammer pour poser ses limites et être soi-même.

 

En bref, maintenant que vous êtes convaincu-e des bénéfices à retirer en posant vos limites, quelles sont les pensées nouvelles à adopter arrêter de sacrifier sa vie pour répondre aux attentes des autres et véritablement changer de vie ? 

Voici quelques-unes de mes suggestions…à prendre ou à laisser car c’est vous qui savez ce qui est bon pour vous, pas moi !

« Quand je pose mes limites, je dis oui à ce qui est bon pour moi et non à ce que je ne veux plus/ ou à ce que je ne veux pas, même si mon choix déplaît aux autres.

Je sais dire « non » et en disant « non » à ce que je ne veux pas, j’améliore grandement la qualité de ma vie et de mes relations. Je suis juste avec ce que je ressens, je suis sincère avec mes relations.  »   

Exemples de croyances limitantes :

– Je dis oui car j’ai besoin de plaire aux autres. Je crains qu’ils ne m’aiment pas si je leur dis non.

– Je dis oui car j’ai besoin de me sentir sauveur de la situation des autres. Si je ne suis pas là, ils ne s’en remettront pas et vont tomber malades. 

– Je dis oui car je culpabilise à chaque « non » dit et cela me rend malade.  (expression typique d’une attente d’être sauvé-e, d’une victime qui aime se faire du mal pour que les autres viennent ensuite à son secours et éventuellement culpabilisent à leur tour, aïe aïe, aïe ! Ce réel « non-dit » génère de nombreux symptômes. C’est le cycle infernal victime-sauveur-bourreau).  

– Je dis oui car je me sens obligé-e et ne sais pas faire autrement.

Retournement possible pour chacune de ces croyances pour se reprogrammer et vivre en accord avec soi-même :

Respecter ses limites

Oser dire non

« Je dis non car je n’ai pas besoin de plaire aux autres. Je m’aime comme je suis et ils m’aiment comme je suis même quand je leur dis non. » 

 » Je dis non car je suis responsable de ma vie tout comme chacun est responsable de sa vie. Je ne suis pas responsable de la souffrance des autres. »

«  Je dis non car c’est bon et juste pour moi. Je me respecte et bénéficie ainsi d’une bonne énergie et d’une bonne santé. » 

 » Je dis non car ne suis obligé-e de rien. J’agis désormais autrement et conformément à mon ressenti, à ce qui me fait du bien. »

 

Retour sur la difficulté à être soi-même et à poser des limites…

Quand nous étions enfant, contenter les adultes, parents, professeurs, nos aînés parfois, pouvait se révéler être nécessaire à notre survie. Nous devions apprendre comment créer du lien, comment comprendre les réactions des uns et des autres, quel compromis faire. Bien entendu, certaines de ces qualités nous sont encore bien utiles dans notre vie d’adulte. Nous y apprenons également la générosité, le partage, l’écoute, la compassion qui infusent dans toute relation saine.

Les problèmes arrivent quand, en tant qu’adulte, nous sommes inconsciemment dirigé par ce besoin de contenter, de créer du lien à tout prix ou d’établir des compromis. Mais alors : nous fonctionnons à partir de la peur plutôt que de l’amour. Nous réagissons à partir de programmes inconscients, nous ne prenons plus la responsabilité qui est la nôtre et devenons des victimes ou parfois même persécuteurs.

Un moyen simple de valider la force de vos limites est de se demander : « Quel est le degré de liberté que je ressens pour dire ce que je sens et demander ce que je veux dans cette situation maintenant ? »

En bref, les gens vous traitent de la manière dont vous leur permettez de vous traiter. La sagesse toltèque est un bon outil pour retrouver votre liberté personnelle, je ne le dirai jamais assez :

« l’autre n’a sur moi que

le pouvoir que je lui accorde ». 


Ne plus accepter que les autres empiètent sur votre « territoire », c’est vous respecter. Poser de nouvelles limites c’est comme entraîner un muscle que vous ne sentiez pas jusque alors et qui pourtant est bien dans votre corps. Au début, vous aurez des courbatures et ainsi vous sentirez mieux vos limites ! Continuez à vous entraîner même si vous êtes mis à l’épreuve.  En effet, si vous avez toujours été la personne sur qui tout le monde pouvait compter, tous ceux que vous avez laissés s’habituer à dépendre de vous ne seront pas contents de ces nouvelles limites impliquant de nouveaux modes relationnels. D’autant que vous ne leur demandez plus leur avis ! Si toute votre vie vous avez pris soin des autres à votre détriment et que maintenant vous changez les règles, peu d’entre eux vont appréciez. Mais qu’importe ! Votre confiance et votre bien-être vont croître rapidement. Vous vous sentirez mieux en vérifiant qu’en agissant ainsi, vous êtes surtout en train de prendre soin de vous et de retrouver votre liberté de choix, votre liberté de créer votre vie. Enfin !

Surtout, à mesure que vos limites se poseront et se renforceront, ce qui était avant un effort d’endurance, va devenir fluide et tranquille. Bientôt, vous n’y penserez plus, ce sera devenu votre “nouvelle habitude”.

Pour être soi-même en famille, observez-vous :

Prenez le temps de savoir dans quelles situations vous savez poser fermement vos limites et dans quelles situations c’est le plus difficile à poser et à maintenir !

Quel premier pas pouvez-vous poser afin d’être vous-même : de vous respecter, d’être honnête, sincère, authentique  ?

Je vous l’assure, c’est en posant des limites que vous augmenterez votre confiance en vous, que vous aurez de meilleures relations avec votre entourage. De même, parce que vous allez changer vos comportements, vous allez attirer des nouvelles personnes en lien avec votre Etre.

 

En ce jour de solstice, la nuit est la plus longue.

Je souhaite qu’en cette nuit, vous voyez pour qui et pour quoi  brille votre lumière… 

De tout mon Coeur de toltèque,

 🙂 Céline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *